SUPERLIGA – GRAND FORMAT

SUPERLIGA. Les principaux enseignements à mi-saison

De retour à seize clubs, la SuperLiga est plus serrée que jamais. Cette édition 2021-2022 est le théâtre de surprises, mais également de quelques déceptions. Décryptage. Un Partizan plus que jamais favori pour le titre Il a fallu attendre quatre ans pour que le Partizan devance l'Étoile Rouge en SuperLiga. Et de quelle manière : avec 19 victoires et 2 matchs nuls en 21 journées, les "crno-beli" sont invaincus en championnat ! De quoi faire honneur à leur surnom de "Parni Valjak" (NDLR : rouleau compresseur). Le Partizan peut se reposer sur sa solide défense, la meilleure de SuperLiga avec six petits

HORS-SERIE. Derrière l’Étoile Rouge, la main du Président Aleksandar Vucic

Jadis en Yougoslavie, aujourd'hui en Serbie, le football a toujours été une arme du pouvoir politique. La majorité des clubs serbes appartiennent à l'État et un homme symbolise ces liaisons dangereuses entre sport et pouvoir : le Président du pays, Aleksandar Vucic. Aleksandar Vucic féru de sport ? Ce n'est un secret pour personne en Serbie. Du haut de son mètre 99, le Président serbe a toujours fait du sport son fer de lance en politique. Très récemment, il a promis une prime d'un million d'euros aux joueurs de la sélection en cas de qualification à la Coupe du

C3 & C4. Quelles attentes pour l’Étoile Rouge et le Partizan ?

CE JEUDI SOIR, L'ÉTOILE ROUGE ET LE PARTIZAN ENTAMENT LEURS CAMPAGNES EUROPÉENNES. QU'ATTENDRE D'EUX CETTE SAISON ? Les deux géants de Belgrade représenteront la Serbie en Coupes d'Europe cette saison : l'Étoile Rouge en Ligue Europa, et le Partizan en Conference League. Après des parcours qualificatifs assez mouvementés pour les deux équipes, l'heure est au soulagement : le principal objectif était de se qualifier dans une compétition européenne. Néanmoins, les premiers matchs arrivent vite. Il y a donc peu de temps pour se reposer sur ses lauriers. Pour l'Étoile Rouge, un groupe où tout est possible Après la déception de l'élimination face

Hors-série. Une ligue régionale est-elle souhaitable ?

LA VOLONTE DE DOUZE CLUBS DE CREER UNE SUPERLIGUE EUROPÉENNE A FAIT L'EFFET D'UNE BOMBE DANS LE MONDE DU FOOTBALL. IMPLICITEMENT, ELLE RELANCE L'IDÉE DE COMPETITIONS RÉGIONALES, DONT LE MONDE BALKANIQUE PARLE DEPUIS PLUSIEURS ANNEES. EST-CE REALISABLE, EST-CE SOUHAITABLE ? FUDBALSKI HRAM Y RÉPOND. « J’ai entendu dire que les Scandinaves, les Balkans et le Benelux, veulent faire une ligue. Ils veulent changer, parce que le football meurt ». Ces mots sont ceux de Florentino Perez, dans l’émission « El Chiringuito », il y a un mois, pour justifier la création d’une SuperLigue. Le président du Real Madrid fait fausse route : l’idée d’une

Les étoiles de l’Étoile Rouge : Generacija 1991

Il y a 30 ans jour pour jour, l'Étoile Rouge réalisait le plus grand exploit de son histoire. Le club serbe devenait la seconde équipe d'Europe de l'Est, après le Steaua Bucarest, à remporter la Ligue des champions. Récit d'un parcours devenu légendaire. L’Étoile Rouge Belgrade en 1990/1991, c’était une dream team, composée exclusivement de Yougoslaves, à l'exception de Miodrag Belodedici, Roumain d'origine Serbe. Sans LA star Dragan « Piksi » Stojkovic, parti une saison plus tôt à l’OM, mais avec d’autres joueurs talentueux. On peut notamment citer le pied gauche magique de Mihajlović, la rigueur de Jugović, et bien-sûr le talent

Superliga. Ce qu’il faut retenir de la saison 2020-2021

C'en est terminé de la Superliga, avec une 38e journée riche en suspens. Entre soupçons de matchs truqués dans la course au maintien, une domination sans conteste de l'Étoile Rouge avec un 32e titre, et l'émergence de jeunes joueurs.... Fudbalski Hram vous offre un résumé de cette saison si particulière. Particulière, car contrairement aux saisons précédentes, pas de play-off pour les places européennes, ni pour la relégation. En cause, un championnat à 20 équipes, contre 16 habituellement, conséquence du Covid et de l'arrêt des matchs l'année dernière. Une Superliga qui reviendra la saison prochaine à 16 clubs, avec deux descentes.

« Klasa 96 » : que sont-ils devenus ?

Il y a cinq ans, l’Étoile Rouge vendait pour 15 millions d’euros plusieurs joueurs formés au club. Nés pour la plupart en 1996, certains étaient considérés comme des "cracks". Où en sont-ils maintenant ? On vous donne de leurs nouvelles. Luka Jovic On commence par LA star. Bien qu’il ne soit pas né en 1996 comme la plupart de ses camarades, mais en 1997. Plus jeune buteur de Zvezda à 16 ans, cinq mois et cinq jours, il est parti à Benfica alors âgé de 18 ans, contre un peu plus de deux millions d’euros. Prêté à L’Eintracht Francfort pour retrouver du temps

Superliga. Ils ont déçu en début de saison

La célèbre trêve hivernale interrompt la SuperLiga jusqu'en février prochain. L'occasion de faire le point sur trois équipes qui n'ont pas su répondre aux attentes fixées en début de saison. Le Partizan Il n'y a rien d'infamant à être deuxième au classement, derrière l'Étoile Rouge, triple tenante du titre. Seulement, quand on s'appelle le Partizan, la domination de l'éternel rival est difficile à accepter. L'objectif fixé au commencement de l'exercice était clair : enrayer la machine crveno-beli. Seulement, pour trouver la faille dans le mécanisme, aucune faute n'est admise. Trois défaites ont relégué les crno-beli à neuf points de leur voisin,

Ligue Europa. l’Étoile Rouge concède le nul 0-0 contre le Slovan Liberec et prépare les seizièmes de finale

L'Étoile Rouge Belgrade a assuré l'essentiel ce jeudi 10 décembre en allant chercher le point du match nul (0-0) en République Tchèque contre le Slovan Liberec, pour la dernière journée de Ligue Europa. Déjà qualifiés au coup d'envoi, assurés de finir deuxième, les hommes de Dejan Stankovic ont abordé le match avec beaucoup de confiance. Durant les 90 minutes, Belgrade a fait tourner le ballon, jamais réellement mis en danger, mais n'a pas réussi à concrétiser ses occasions. Il faut dire qu'hormis une tentative de Ben détournée par le poteau de Milan Knobloch, le gardien du Slovan, rien à se

Pourquoi la Serbie veut donner un coup de jeune à ses enceintes ?

L’ensemble des dirigeants, qu’ils soient politiques ou sportifs, s’accordent à dire que le pays a besoin de moderniser ses infrastructures. Ainsi, les intentions de rénovation ou de reconstruction se multiplient. Avec l’objectif de donner un nouvel élan au football serbe. C’était une des promesses d’Aleksandar Vucic. Offrir à la Serbie des pelouses de qualité, sur l’ensemble du territoire. Lors d’un déplacement à Kraljevo en septembre 2019, le président serbe entérinait la construction de nouvelles installations. Subotica, Zajecar, Loznica, Kraljevo et Vranje seront ainsi dotés de stades de 8 000 places, conçus selon les exigences de l’UEFA. L’État Serbe s’est engagé à