Après le parcours décevant de la Serbie lors de cette Coupe du monde 2022, il est l’heure de faire le point sur les prestations individuelles.

Les tops

Vanja Milinkovic-Savic (7)

Une surprise pour certains, une évidence pour d’autres, VMS a mis tout le monde d’accord lors de ces trois matchs. Certes, il encaisse huit buts, mais il a apporté une sérénité impossible à retrouver chez son principal concurrent, Predrag Rajkovic. Il a sorti des parades importantes contre la Suisse et surtout le Brésil, où le score aurait pu être bien plus sévère. Il ne peut pas grand-chose sur les buts encaissés. Sa qualité technique est précieuse dans la construction du jeu, tout comme ses dégagements puissants et précis. La Serbie tient son numéro un indiscutable dans les cages, c’est l’un des rares points positifs de cette Coupe du monde.

Strahinja Pavlovic (6)

Certes il a beaucoup de progrès à faire balle au pied, que ça soit dans la conduite de balle ou dans la qualité de passe, mais c’est le seul qui n’a pas coulé en défense. Auteur de bonnes interventions, il s’est donné à 200% sur le terrain. Il a été récompensé par un but contre le Cameroun, qui a lancé la remontée temporaire des Serbes au score. Sa saison à Salzbourg lui fait le plus grand bien, il faut qu’il continue dans cette lancée car il a beaucoup de progrès à faire, même défensivement. Mais le potentiel est tellement immense, cette Coupe du monde nous l’a une nouvelle fois montré.

Aleksandar Mitrovic (6)

Diminué physiquement, il a parfois semblé émoussé sur la pelouse, notamment en seconde période. Mais au bout du compte, il termine avec deux buts. Il a été présent dans la surface adverse, même s’il aurait pu être plus réaliste sur certaines actions. Il a également été intéressant dans le jeu, avec quelques passes intéressantes et une bonne orientation du jeu. Lui aussi a progressé, bien qu’il était parfois invisible à certains moments. Mais difficile de se faire remarquer quand on a peu de ballons à se mettre sous la dent. Au final, « Mitro » a fait du Mitro comme on le connaît.

Andrija Zivkovic (6)

Alors que certains annonçaient Darko Lazovic sur le côté droit, l’ailier du PAOK a remis les pendules à l’heure. Dans la continuité des derniers matchs, Piksi l’a aligné dans un rôle de piston. Si offensivement il a été très remuant, bien que parfois discret, il a su effectuer le travail défensif. Il a offert deux passes décisives à ses coéquipiers et aurait même pu marquer contre la Suisse. Malheureusement le poteau en a décidé autrement. En tout cas, il est à 26 ans plus que jamais le titulaire indiscutable en tant que piston droit.

Dusan Tadic (6)

En dessous face au Brésil, il est monté en puissance contre le Cameroun avant de nous régaler contre la Suisse. On sent qu’il n’est plus tout jeune, mais son influence sur le jeu est toujours là. Il reste très important et c’est clairement le leader de l’équipe, sur et en dehors de la pelouse. Il a probablement disputé sa dernière Coupe du monde.

Les flops

Nikola Milenkovic (3,5)

Il devait être le patron de la défense, il n’en fut rien. Les promesses aperçues contre le Brésil ont vite laissé la place à un match catastrophique contre le Cameroun. Par deux fois il couvre un joueur adverse sur les deux derniers buts, qui coûtent la victoire qui semblait nous tendre les bras. Il ne s’est pas repris contre la Suisse, ce qui nous laisse un sentiment de clair échec. C’est dommage car il met tout le monde d’accord à la Fiorentina.

Milos Veljkovic (4)

Son temps de jeu a décliné plus la compétition avançait. S’il a disputé toute la rencontre face au Brésil, il a été remplacé contre le Cameroun (blessure), puis contre la Suisse par Gudelj qui a été plus convaincant. Il a souvent été dépassé comme ses compères en défense, même si Pavlovic sauvait les meubles. Une déception car il montait en puissance depuis un petit temps en sélection.

Sergej Milinkovic-Savic (4,5)

Il était très attendu. Dans la forme de sa vie à la Lazio, il a été en dessous de ses capacités lors de cette Coupe du monde. Trop discret et inconstant, on attendait beaucoup plus de lui. Certes il a marqué un beau but contre le Cameroun, mais il n’a pas fait beaucoup de différences tout au long de la compétition et a eu plus de déchet que d’habitude. Il a tout de même été précieux et nul ne doute que l’équipe aurait été différente sans lui, mais il est capable de faire beaucoup mieux. Et l’un des meilleurs joueurs du monde à son poste aurait dû sortir des prestations de son niveau, ce qui n’a malheureusement pas été le cas.

Sasa Lukic (4)

C’est un peu le joueur de l’ombre de l’équipe, celui qui fait le « sale boulot » mais qui est ô combien important et doué dans un rôle défensif comme offensif. Cette fois-ci, le joueur du Torino a presque été invisible, ou alors remarqué par sa maladresse. Beaucoup de passes ratées, de ballons perdus. Il est arrivé diminué au rassemblement, ce qui explique peut-être ses performances décevantes, lui qui est si brillant d’habitude.

Les neutres

Filip Kostic (5)

Il était incertain au début du mondial, est entré en jeu face au Brésil et a été titulaire contre le Cameroun puis la Suisse. S’il a été capable de quelques fulgurances, il a été assez discret lors de ce mondial. Comme trop souvent en sélection.

Dusan Vlahovic (5,5)

On l’a trop peu vu, officiellement pour cause de mauvaise condition physique. Il aurait fait beaucoup de bien à l’équipe car comme il nous l’a rappelé face à la Suisse, une demi-occasion lui suffit pour marquer.

Nemanja Radonjic (4,5)

Trois entrées en jeu anecdotiques, qui n’ont pas apporté grand-chose.

Nemanja Gudelj (5)

Titulaire contre le Brésil, il a perdu beaucoup de ballons mais a apporté une certaine sérénité et solidité en défense. Pour preuve, la Serbie a encaissé deux buts peu après sa sortie. Son entrée contre la Suisse était intéressante, mais il n’a pas pu aider l’équipe à se qualifier.

Nemanja Maksimovic (5)

Il a disputé l’intégralité du match contre le Cameroun, où il a été assez bon, et est entré en jeu lors des deux autres. Un mondial plutôt satisfaisant pour lui, qui est annoncé du côté de l’Étoile Rouge et du Spartak Moscou.

Stefan Mitrovic (Non Noté)

Il est entré contre le Cameroun pour remplacer Strahinja Pavlovic, blessé, la Serbie a encaissé deux buts en suivant. S’il n’est pas directement responsable du piège hors-jeu foireux, il n’est néanmoins pas bien placé comme ses compères. La défense était encore plus instable qu’auparavant lorsqu’il était présent sur le flanc gauche, mais son repositionnement au centre après l’entrée de Srdjan Babic a tout de même apporté de la sérénité.

Filip Mladenovic (5,5)

Titulaire surprise face au Brésil, il a été solide jusqu’à son remplacement. On ne l’a plus vu ensuite avec le retour de Filip Kostic.

Srdjan Babic (Non Noté)

Une entrée face au Cameroun où il n’a pas pu montrer son talent. Pas assez pour être noté en tout cas.

Marko Grujic (Non noté)

On a pas vraiment compris son entrée contre le Cameroun, dans un match où la Serbie devait impérativement marquer. On ne remet pas en cause les qualités du joueur qu’on apprécie beaucoup, mais on aurait préféré un Ivan Ilic par exemple. C’était d’ailleurs sa seule apparition de la compétition.

Ivan Ilic (Non noté)

Une demie heure de temps de jeu total, c’était contre le Brésil lors du premier match. On aurait aimé le voir lors des deux suivants.

Darko Lazovic (Non Noté)

25 minutes contre le Brésil dans une rencontre pliée, trop peu pour briller durant ce mondial.

Filip Djuricic (Non Noté)

Deux apparitions anecdotiques contre le Cameroun et la Suisse.

Crédits photo de présentation : Darko Vojinovic – Keystone

Laisser un commentaire