La Serbie est une terre de talents, cette saison de Superliga nous le prouve avec de nouveaux jeunes joueurs qui font leur trou et d’autres qui confirment. Voici notre sélection.

Andrija Radulovic (2002, ailier droit, Mladost GAT)

Longtemps considéré comme un « crack », avec notamment des prestations plus que convaincantes en Youth League avec l’Étoile Rouge, son parcours a ensuite été semé d’embuches. Un prêt qu’il refuse, une rétrogression en U-19, des négociations houleuses pour un nouveau contrat, une mononucléose contractée, tout cela en peu de temps. Mais tout revient progressivement dans l’ordre, il prolonge jusqu’en 2025 son contrat avec les Belgradois et est prêté en juillet 2021 à Graficar pour se relancer. Pari gagné, il devient incontournable en seconde division serbe, avec six buts et deux passes décisives en 16 matchs. Dejan Stankovic l’intègre l’hiver dernier dans son effectif, mais il ne joue que trois bouts de matchs au poste … d’arrière gauche. Trop grand pour la Prva Liga, c’est à Mladost GAT qu’il va passer la saison, où il régale à chaque rencontre. Déjà auteur de quatre buts en 11 matchs de championnat, il est bien parti pour exploser et postuler à une place de choix au sein de l’attaque rouge et blanche au prochain exercice, surtout que Ben est en fin de contrat. Avec son pied gauche délicieux, sa fine technique, sa vitesse, son mental et sa percussion, il a tout pour réussir.

Nikola Stulic (2001, avant-centre, Radnicki Nis)

C’est l’attraction de ce début de saison. Auteur de neuf buts en 13 matchs de Superliga, il est le fer de lance de son équipe, qu’il a rejoint cet hiver pour véritablement lancer sa carrière. Difficile en effet de se faire une place au Partizan, son club formateur, tant la concurrence est rude. Joueur complet, il sait marquer du gauche, du droit et de la tête. C’est un profil de pivot, qui fait de bonnes remises et qui excelle dans la surface. Il manque de vitesse, mais ce défaut est largement compensé par ses qualités, ses statistiques nous le montre bien. Il faudra suivre de près ses performances.

Djordje Gordic (2004, milieu offensif, Mladost Lucani)

C’était l’une des sensations de l’exercice précédent en Superliga. Surnommé le « Rabiot serbe » à cause de sa longue chevelure, il n’a pas grand chose à envier aux meilleurs milieux du championnat. Si son transfert à Manchester City semble bouclé, il ne s’est pas relâché. Il a au contraire progressé et s’installe progressivement parmi ce qu’il se fait de mieux à son poste. S’il a commencé en tant que milieu box to box, il a ensuite été repositionné plus haut dans l’axe, dans un registre similaire à un meneur de jeu. C’est là qu’il est le plus performant, d’abord par sa présence sur le porteur et son endurance. Il ne cesse jamais de presser l’adversaire pour le gêner, il effectue donc beaucoup d’efforts mais la fatigue ne se fait pas ressentir. Balle au pied, il aime jouer simple et est agréable à regarder jouer. Suite à une une récupération, il essaie souvent de progresser vers l’avant avec une passe en une ou deux touches de balles. Ses statistiques sont respectables, avec trois buts et une passe décisive en 12 rencontres cette saison. Il pourrait en revanche prendre plus de risques, il a une bonne vision de jeu mais ne tente pas assez l’élimination par le dribble. Ceci est sans doute dû à son âge et son envie de bien faire.

Nikola Jojic (2003, ailier droit, Mladost Lucani)

Mladost Lucani qui est décidément un club étonnant car en plus d’être situé dans une ville de 3 000 habitants, il travaille bien et nous sort de belles promesses. Meilleur buteur du championnat U19 la saison dernière avec 21 réalisations, Nikola Jojic commence cet exercice sur les chapeaux de roues. Déjà trois buts et cinq passes décisives en 13 matchs, il est le principal danger de son équipe. Sur son côté droit, il aime bien repiquer dans l’axe pour servir ses coéquipiers ou dans une moindre mesure, tenter l’aventure en soliste. Ceci grâce à une belle patte gauche et une qualité technique qui lui permet de trouver ses collègues, sur des centres et corners notamment. Il aime aussi suivre les actions et se retrouve donc près du but où il est dangereux, les défenseurs ont intérêt à bien le marquer. Enfin, il peut également jouer avant-centre, où il aime bien prendre la profondeur tout comme décrocher. Un attaquant actif donc, qu’il vaut mieux avoir en photo qu’en face sur la pelouse.

Veljko Ilic (2003, gardien de but, TSC Backa Topola)

Après Ognjen Lukic, tout récemment transféré à Reims, il pourrait être le prochain gardien formé à l’Étoile Rouge qui se révèle ailleurs en Serbie. Avec déjà six cleans sheets et sept buts encaissés en 12 matchs cette saison, il est tout simplement devenu le numéro un à son poste, qui est parmi les plus exigeants. Tout cela à seulement 19 ans. Deux matchs référence contre les géants de Belgrade, avec seulement un but encaissé sur ces deux rencontres, ont suffit à attirer l’œil sur lui. Et quand on l’observe, on peut noter son jeu au pied précis, son sang froid, deux points qui nous font directement penser à un certain Vanja Milinkovic-Savic. Sa grande taille lui permet d’être dominant dans le jeu aérien, là aussi comme « VMS ». Il a également d’excellents réflexes, il est donc difficile de le surprendre de près comme de loin. Après Mihajlo Banjac, le club de minorité hongroise pourrait faire une bonne opération financière avec son dernier rempart.

Vladimir Lucic (2002, ailier gauche, Cukaricki)

Prêté à IMT, meilleur joueur de Prva Liga en 2021-2022, l’ailier formé à l’Étoile Rouge a beaucoup fait parler de lui. À juste titre, tant il était au-dessus des autres en seconde division serbe. De retour chez les rouges et blancs cet été, il a pu disputer quelques rencontres amicales et officielles. Mais la concurrence était beaucoup trop forte, surtout après l’arrivée d’un certain Stefan Mitrovic. Direction donc Cukaricki en prêt avec option d’achat, choix qui s’avère pour l’instant payant car le temps de jeu est au rendez-vous. Tout comme ses bonnes performances, caractérisées par une technique bien au-dessus de la moyenne, une magnifique patte droite qui sait aussi bien passer que tirer, en témoigne son récent but contre Radnicki 1923. Cette saison sera celle de la confirmation, on sait que le talent est là.

Bojan Kovacevic (2004, défenseur central, Cukaricki)

Habitué à nous sortir des pépites de son centre de formation, Cukaricki nous présente désormais Bojan Kovacevic ! Si on avait pu l’apercevoir quelques matchs la saison dernière, il est désormais titulaire indiscutable en charnière centrale. Il a même marqué son premier but en pro le 18 septembre dernier contre Vozdovac, de la tête sur corner. Le jeu aérien qui est un des ses gros points forts. Plus qu’au point physiquement, il domine sa zone du haut de son mètre quatre-vingt-treize et fait respecter son autorité aux attaquants adverses. Il possède également une bonne anticipation et n’a pas froid aux yeux. Il reste cependant un talent brut, avec plusieurs axes à améliorer comme le positionnement et les tacles. Mais nul ne doute que ces petits défauts seront vite corrigés, tant il est en avance pour son âge et doté d’un potentiel immense. Preuve en est, en plus de son statut à Cukaricki, Manchester City, le Red Bull Salzburg ou encore l’Atalanta Bergame suivraient de près ses performances.

Borisav Burmaz (2001, avant-centre, Vozdovac)

Un temps présenté comme le successeur de Dejan Joveljic à l’Étoile Rouge, il n’a pas eu la même progression que ce dernier. Il a quelque peu stagné entre l’été 2020 et février 2022, où il a été prêté à Graficar (seconde division), puis transféré au Radnicki Kragujevac pour découvrir la Superliga, sans véritable succès. De retour en Prva Liga l’hiver dernier, il a bien performé avec 12 buts en 16 matchs, dont un triplé et un quadruplé. Désormais prêt pour l’élite du football serbe, il a rejoint Vozdovac cet été, où il a pour l’instant marqué à trois reprises en 13 matchs. Si ces statistiques peuvent paraitres faibles, ses qualités ne demeurent pas absentes. C’est en effet un poison pour les défenses. Il adore jouer dos au jeu et remiser pour ses partenaires, qu’importe sa position sur le terrain. C’est un joueur très tonique, difficile à déséquilibrer car bien campé sur ses appuis et costaud physiquement. Il peut dézoner en décrochant plus bas, mais aussi en s’excentrant sur le côté droit car étant gaucher, il peut revenir vers l’intérieur. C’est notamment à ce moment-là qu’il peut utiliser son dernier atout, sa frappe de balle qui peut se révéler incroyable, comme le montre son dernier but ci-dessous.

Samed Bazdar (2004, avant-centre, Partizan)

C’est peut-être LA star du centre de formation du Partizan, la dernière pépite qui excite les fans du football serbe et des noirs et blancs. Le natif de Novi Pazar, auteur de 39 buts et 18 passes décisives en 33 matchs avec les U17 du club, a rapidement été promu en équipe A, sans pour autant avoir le temps de jeu nécessaire pour briller. Quelques parties en U19 (huit réalisations en 16 rencontres) et deux changements d’entraineurs plus tard, le voici premier remplaçant du goleador Ricardo Gomes. Il succède dans ce rôle au prometteur Marko Milovanovic, parti lors du mercato estival, qui limitait ses apparitions sur la pelouse. Si ces dernières se restreignent toujours aux 15-20 dernières minutes des matchs, il a tout de même marqué trois fois et plus joué en deux mois que sur tout l’exercice précédent. Ses qualités ? Tout d’abord sa finition, ses statistiques nous les montrent bien. C’est un joueur mobile, qui n’est pas avare en efforts et notamment au pressing, où il oblige la défense à relancer sous pression. Techniquement il est propre et rapide, il a tout pour faire lever les foules. On espère que le retour de blessure d’Andrija Pavlovic ne va pas freiner sa progression.

Nikola Petkovic (2003, milieu défensif, Cukaricki)

Il vient tout juste de s’installer dans le XI de Dejan Kerkez. Et ceci dans des matchs contre Vojvodina et Vozdovac, concurrents directs pour l’Europe. Il profite de l’absence de Stefan Kovac et du départ de Srdjan Mijailovic pour s’imposer parmi les titulaires, ce qu’il fait avec brio. C’est un milieu défensif capable de récupérer des balles assez haut, bon dans le contre pressing. Il doit cependant trouver un juste milieu, car il risque de se faire prendre dans le dos. On compte sur le légendaire Marko Docic pour lui servir de mentor et le faire progresser, car la marge est immense. Intelligent balle au pied, il est à surveiller de près et pourrait bien être une surprise de la saison.

Avec Bojan Stanojevic, Robin Gomboc et Nelson.P

Crédit photo de couverture : FK Cukaricki

Laisser un commentaire