Présenté comme un renfort capital lors de sa signature à Belgrade, l’attaquant français aura finalement été un énième flop. Récit.

Replongeons nous dans la contexte de son arrivée. Zvezda négocie depuis des semaines avec Aleksandar Prijovic, avant-centre international serbe. Sauf qu’aucun accord n’est trouvé entre les deux parties, l’ancien joueur du PAOK ayant des exigences trop élevées. Le début de saison étant imminant, tout comme les tours qualificatifs pour la Ligue des Champions, les rouges et blancs doivent trouver dans l’urgence un nouveau buteur. Sauf que Prijovic était l’unique option envisagée car il était la priorité absolue. La panique gagne donc le board du club, qui n’a pas de plan B.

Rapidement et aussi surprenant que cela puisse paraitre, le nom de Lois Diony tourne en boucle chez les médias sportifs serbes. L’arrivée du joueur d’Angers est alors annoncée sous forme de prêt, avec une option d’achat estimée à 1,2 million d’euros. Ce qui est officiel très peu de temps après.

Des débuts prometteurs

Lors de son arrivée, il est présenté comme un sérieux coup de pouce pour l’équipe dirigée par Dejan Stankovic, qui est toujours à la recherche d’un avant-centre performant, fiable et constant. Muni d’une expérience solide en Ligue 1 et d’une saison référence à 12 buts et neuf passes décisives avec Dijon, qui lui a permis un transfert de 10 millions d’euros vers Saint-Etienne, il a des arguments pour réussir en Serbie. Du moins pour les médias serbes et le club, car une grande partie des observateurs et des supporters attendent de voir ce que cela va donner.

Il dispute son premier match officiel contre Kairat Almaty, à l’aller du second tour qualificatif pour la Ligue des Champions, où il joue toute la seconde période. Il ne marque pas les esprits, mais il s’agit de son premier match sous ses nouvelles couleurs et ses coéquipiers ne sont pas au niveau non plus (défaite 2-1). Avant le retour, il tente d’ouvrir son compteur pendant 70 minutes contre Mladost Lucani en championnat, sans réussite. Vient alors cette seconde confrontation contre Kairat. Les rouges et blancs doivent absolument l’emporter pour se hisser au troisième tour qualificatif de LDC, ce qui est fait et avec la manière : 5-0. Le Français inscrit son premier but en match officiel, est très actif, fait de nombreux appels et remises, il participe beaucoup au jeu. C’est une véritable révélation, de bonne augure pour la suite. Il marque d’ailleurs contre le Sheriff Tiraspol au tour suivant.

Rapidement, les premiers doutes

Si la première impression générale est bonne, elle est vite gâchée par des informations qui sortent par la presse et des prestations quelconques. En effet à peine un mois et demi après son arrivée, les médias serbes annoncent que Zvezda, mécontent des performances du Montois, chercherait un club qui serait prêt à se le faire prêter où à acheter son contrat. Ce qui était possible car le mercato estival était toujours ouvert. Mais aucun club ne s’est manifesté ou n’a fait d’offre convenable aux propriétaires Angevins.

Ensuite, il ne marque qu’un seul but en championnat, contre Novi Pazar le 26 septembre et sur penalty. Mais sur sa seconde tentative, car la première avait été arrêtée par le gardien adverse qui n’était pas sur sa ligne. Signe d’un manque d’un confiance ? D’une grosse pression sur ses épaules ? Ou alors un malheureux hasard ? Difficile à dire, mais cette action n’est pas passée inaperçue.

Fin novembre, alors que son temps de jeu est en chute libre et qu’il n’a plus été vu sur le terrains depuis trois semaines, Mozzart Sport annonce que le Français se plaint de maux de tête et qu’il s’entraine à l’écart du groupe. Ajoutez à cela des questions du club sur son implication, des problèmes gastriques, des prestations sous les attentes et de la concurrence à son poste, vous avez toutes les conditions réunies pour une mise au placard, qui sera effective à partir du même mois et confirmée par le principal intéressé.

Une saison quasi-blanche

Dejan Stankovic ne semble plus compter sur lui. Il dispute son dernier match officiel sous les couleurs de l’Étoile Rouge contre Midtjylland le 4 novembre dernier, où il ne joue que sept petites minutes. Il ne sera plus sur la feuille de match pour le restant de la saison après la rencontre contre Vojvodina le week-end suivant.

Lors de la préparation hivernale, en janvier, le joueur ne revient pas dans les plans de son entraineur, comme on aurait pu le penser. L’arrivée D’Ohi Omoijuanfo, qui sortait d’une saison à 27 buts en 29 matchs de championnat norvégien, n’a pas amélioré le statut du Français, tout comme la présence de l’éternel Milan Pavkov.

Le mois suivant, Dejan Stankovic fait un point fracassant sur la situation de l’ancien Stéphanois. Il déclare, lors d’une interview : « Diony a eu sa chance. Il a eu une chance de faire ses preuves et de se montrer, mais il ne s’est pas intégré, il n’est pas entré dans le rythme un seul instant depuis qu’il est avec nous. Zvezda ne peut attendre personne […]. Plus tôt vous vous adapterez à l’environnement, à l’équipe, aux exigences, plus ce sera facile pour vous« . On a alors la certitude qu’on ne le reverra plus sous le maillot rouge et blanc. Au même moment, il est même retiré de la liste des joueurs retenus pour disputer les phases finales d’Europa League, alors qu’il était inclus lors des phases de groupes.

Le prêt ne sera pas rompu, le joueur continuera de s’entrainer à Belgrade. Il disputera quelques matchs amicaux organisés contre des équipes de divisions inférieures, pour donner du temps de jeu à ceux qui en ont peu, où il marquera. On le reverra une dernière fois lors de la remise du titre de Superliga au Marakana, où il sera timidement applaudit par les supporters, mais pas sifflé.

Pourquoi ça n’a pas marché ?

Plusieurs arguments peuvent expliquer cet échec cuisant. Premièrement, le joueur est arrivé dans la précipitation en Serbie. Certes, il était en instance de départ du côté d’Angers, mais il faut avouer que le prêt a rapidement été bouclé suite à l’échec des négociations avec Aleksandar Prijovic. Il n’a donc pas pu avoir une présaison complète avec l’équipe, ayant rejoint cette dernière à la fin des préparatifs, ce qui n’est pas l’idéal pour s’adapter à tous les niveaux. Et on a l’a bien vu notamment au travers de sa condition physique qui n’était pas bonne à son arrivée. Il a mis du temps à l’améliorer, ne jouant en général jamais plus de 65 minutes par match. Il n’a disputé qu’une seule fois l’intégralité d’une rencontre, c’était contre le Partizan en septembre.

Au mois d’aout, le célèbre Milan Pavkov a prolongé son contrat et s’est réveillé, devenant le titulaire en pointe. Le jeune Marko Lazetic a lui aussi disputé un certain nombre de minutes. De plus Ohi Omoijuanfo, fort de son titre de meilleur buteur du championnat norvégien avec Molde, est arrivé en janvier pour intensifier la concurrence à ce poste, ce qui a définitivement mis le Français hors course.

On se pose également des questions sur le repérage du joueur. Est-ce que le club l’avait repéré et observé avant son arrivée ? Le connaissaient-ils vraiment ? L’avaient-ils vraiment vu jouer pour se faire une idée sur son profil ? Peu de réponses. De plus, on pencherait pour un « transfert d’agent ». En effet, comme le club cherchait désespérément un avant-centre, le convaincre de recruter un joueur qui a l’expérience de la Ligue 1 et y a fait une saison à plus de dix buts ne devait pas être difficile. Surtout que c’est le type de joueur dont étaient friands les dirigeants rouges et blancs.

On peut également ajouter l’attitude du joueur, qui se serait plaint de maux de tête à répétition et ne se serait pas entrainé à cause de cela selon la presse serbe. Difficile de déceler le vrai du faux, car on sait bien que la presse serbe sort beaucoup d’informations… Dont beaucoup de bêtises. En tout cas, les stories du joueur sur Instagram ont agacé plus d’un supporter.

Enfin, il y a sûrement d’autres raisons dont nous ne sommes pas courant, ce qui est normal. Mais le résultat est le même, Lois Diony à l’Étoile Rouge, c’est un (gros) flop, ce qui est bien dommage car il avait bien débuté en juillet dernier.

© Srdjan Stevanovic / Starsport

Crédits photo de couverture : Starsport

Laisser un commentaire