Promis à un avenir radieux, Luka Ilic peine pour le moment à confirmer les attentes placées en lui. Joueur de Manchester City, l’ancien de Twente file à Troyes jusqu’en 2024. Que vaut-il ? On fait le point.

Luka Ilic né à Nis en 1999, dans le sud de la Serbie. C’est d’ailleurs là, plus exactement au Real Nis, qu’il commence le football avec son petit frère Ivan (2001). Ils sont rapidement repérés par l’Étoile Rouge, qu’ils rejoignent l’un après l’autre : Luka en juillet 2014, Ivan en juillet 2016. L’ainé passe les catégories jeunes du club, il n’a même pas disputé un seul match avec les pros que Manchester City, qui remarque son talent, n’hésite pas à dépenser 2,5 millions d’euros pour le recruter. Ivan, qui impressionne pour son âge, rejoint également les Cityzen en même temps pour et la même somme.

Nous sommes alors en juillet 2017. Ilic est alors prêté une saison chez les Crveno-Beli pour découvrir le football professionnel, ce qu’il réussit avec brio lors de ses rares apparitions (756 minutes, 17 matchs, 2 buts et 2 passes décisives). Direction ensuite Breda pour deux saisons, club néerlandais qui a l’habitude de recevoir des pensionnaires de Manchester City en prêt. La première en Eredivisie, mais après de bons débuts, il se blesse et est absent quatre mois et demi des terrains. Blessure qui freine sa bonne forme, mais pas sa place de titulaire qu’il retrouve au bout de trois rencontres. Il termine cet exercice avec 18 matchs (963 minutes), deux buts et trois passes décisives au compteur. La suivante, en seconde division, où Ivan le rejoint, est beaucoup plus prolifique. On peut clairement affirmer que c’est son meilleur exercice. 29 matchs TCC disputés, cinq buts et quatre passes décisives, un duo complémentaire avec son frère … Ilic s’éclate aux Pays-Bas. Milieu très polyvalent, Ilic peut jouer aussi bien 10 que milieu défensif ou même ailier.

En 2020, après cet épisode réussi, il monte d’un cran en étant prêté pour deux saisons à Twente, de retour depuis peu en Eredivisie. Si sa première pige chez les « Tukkers » est plutôt moyenne (deux buts et deux passes décisives en 24 matchs et 1310 minutes), la seconde et actuelle est encore plus compliquée. Il commence en août les trois premiers matchs de championnat titulaire. Mais lors du dernier, il est exclu après deux cartons jaunes récoltés en à peine cinq minutes.

Depuis cela, Luka n’a disputé que 26 minutes en deux matchs sur 16 possibles. Et selon « Twente Insite« , cette expulsion est la principale raison de sa mise à l’écart : « Après une première saison décevante, Ron Jans a décidé de donner une chance supplémentaire au milieu de terrain serbe […]. Ilic a commencé la saison en tant que titulaire mais le carton rouge lors du match à l’extérieur, contre Cambuur, a été la goutte d’eau pour Jans. Depuis ce moment, il n’est apparu que deux fois brièvement […]. En accord avec le City Football Group, il a été décidé de résilier son prêt ».

Ajoutez à cela une blessure qu’il a contracté fin novembre. Cette saison est pour l’instant un calvaire pour lui. Ilic semble avoir perdu du temps avec ces trois prêts et peu progressé.

Un pied gauche soyeux

Malgré ce passage compliqué à Twente, Ilic est loin d’être un mauvais joueur. Sa première qualité est sa patte gauche. Doté d’une finesse technique, une des spécialité des joueurs serbes, le milieu serbe peut se débarrasser de son vis-à-vis. Son jeu de passes, qu’elles soient courtes ou longues, est complet et souvent juste. Il possède une bonne vision du jeu, ce qui lui permet de faire souvent les bons choix. Quand il est en confiance et qu’il met en application son talent, c’est un excellent joueur de football, on l’a vu à Breda…

Plusieurs aspects pourraient en revanche poser problème. Premièrement, son physique. Ilic est fin, le contact et les duels ne sont pas ses points forts. Dans un championnat comme la ligue 1, cela pourrait lui porter préjudice, d’autant plus pour un milieu offensif comme lui. Ensuite, il va découvrir la Ligue 1, qui deviendra le championnat le plus relevé de sa jeune carrière. Il risque donc d’avoir un certain temps d’adaptation nécessaire pour se mettre au niveau. Il sort par ailleurs d’une première partie d’exercice compliquée, enchainant le plus souvent matchs sur le banc et blessures. Attention à ce point, il y a clairement un risque que la Ligue 1 soit trop haute pour lui, du moins dans un premier temps.

L’avis de la rédaction

Ses qualités sont certaines mais Ilic devra travailler son physique et s’épaissir physiquement. Son pied gauche risque lui de faire quelques étincelles. On doute cependant d’un impact immédiat de son arrivée sur sa nouvelle équipe. Il a 22 ans et a besoin de se relancer. Il débarque à un poste déjà fourni, devra bien s’intégrer et gagner sa place de titulaire. Il doit, pour cela, s’inspirer de la trajectoire de son compatriote Mihailo Ristic avec Montpellier. On est clairement sur un pari de l’ESTAC. Mais si celui-ci est gagnant… Ilic risque de ravir les amoureux du football.

Crédit photo : Luka Ilic – Instagram

Laisser un commentaire