Arrivé à Pau à l’intersaison 2021, Jovan Nisic prend ses marques en France et en Ligue 2. Le milieu polyvalent de 23 ans n’est pas étranger aux bonnes performances de son club, huitième du championnat. L’ancien capitaine de Vozdovac, formé au Partizan, et auteur de deux passes décisives après 15 journées évoque son parcours, son intégration, et ses futurs objectifs.

  • Comment s’est faite ta venue à Pau ? Le coach Didier Tholot te suivait en Serbie ?
    • Je suis venu à Pau car mon agent, Dusan Potic, qui est de nationalité française travaille beaucoup sur le marché français, et il m’a recommandé aux personnes du club. Didier Tholot et Joël Lopez (ndlr : vice-président) m’ont ensuite vu jouer, et ils étaient satisfaits de mon potentiel. Sept jours après les premiers contacts, le contrat était signé.
  • Tu commences le football au Partizan, tu n’es pas conservé et tu rebondis à Vozdovac. Est-ce un regret de ne pas s’être imposé au Partizan ?
    • Bien évidemment qu’il y a des regrets. Après 10 années passées au centre de formation, je n’ai pas pu jouer pour l’équipe première. Mais le destin m’a emmené à Vozdovac où j’ai passé trois superbes années. Je me suis fait beaucoup d’amis, mais j’ai surtout beaucoup appris. Je suis vraiment très reconnaissant envers le Partizan et Vozdovac.
  • Quel est ton meilleur souvenir à Vozdovac ?
    • C’est compliqué d’en choisir un seul, j’y ai vraiment passé de bons moments. Je pense que la chose dont je suis le plus fier est d’avoir été capitaine du club à l’âge de 22 ans. Mes coéquipiers et le club ont estimé que je pouvais porter cette responsabilité et être chef d’équipe.

En Serbie, on a beaucoup de bons joueurs techniques, mais nous devons travailler plus dur sur l’aspect physique, car le football moderne nous y oblige

  • Tu peux jouer à tous les postes dans l’axe au milieu de terrain. Lequel préfères-tu ?
    • Tout dépend de la formation du rôle, des exigences du système… Je n’ai pas réellement de positionnement favori.
  • Comment s’est passée ton intégration à Pau et en France ?
    • Vraiment fantastique, mieux que prévu même ! Dès le premier jour, mes coéquipiers et le club m’ont grandement facilité la tâche. J’ai reçu un très bon accueil. Je suis également très reconnaissant envers les gens du club et l’entraineur pour leur patience. Car ça n’est jamais évident quand tu dois t’adapter à un nouveau pays et un nouveau championnat.
  • Quelles sont les différences notables entre la Superliga et la Ligue 2 ?
    • Le rythme de jeu est incomparable ! Ça joue très vite ici, avec beaucoup plus de transitions. De plus, les joueurs sont davantage préparés physiquement, ils sont plus forts. En Serbie, on a beaucoup de bons joueurs techniques, mais nous devons travailler plus dur sur l’aspect physique, car le football moderne nous y oblige.
  • Tu as 2 sélections avec la Serbie, on ressent quoi quand on porte le maillot des « Orlovi » ?
    • Pour la Serbie B plus exactement. Je ne considère pas cela comme une sélection en équipe A, la formation étant composée intégralement de joueurs évoluant en Superliga. Ça reste quand même une fierté. Il n’y a pas plus grand honneur que de jouer pour sa sélection nationale. J’ai porté le maillot des équipes jeunes plus de 60 fois, j’aspire à devenir un joueur de l’équipe A.

Nous avons une bonne équipe et nous pouvons faire de grandes choses

  • Tu as une idole, une source d’inspiration ?
    • Dans le football, pas vraiment. Mais dans le sport en général, c’est Novak Djokovic. Il n’y a pas besoin d’expliquer pourquoi. C’est un exemple d’athlète et un grand professionnel, il peut être une icône pour tous les sportifs.
  • Tu enchaînes les titularisations ces dernières semaines, quels sont les points positifs et les choses à améliorer ?
    • Compte tenu des circonstances de ma venue, je suis globalement satisfait de ces trois premiers mois. Je sais que je n’ai toujours pas montré 100% de mes capacités mais j’en suis très proche. Je pense faire encore plus la différence sur les terrains de Ligue 2.
  • Pau est huitième, c’est plutôt un bon début de saison. Quels sont tes objectifs et ceux du club ?
    • Certes c’est un bon début de saison, mais quand on pense à certains matchs, on se dit qu’on aurait pu faire mieux. Nous avons une bonne équipe et nous pouvons faire de grandes choses. Je ne parlerai pas publiquement des objectifs du club, ce sont des choses qui restent dans le vestiaire. Personnellement, le but est de m’installer dans le onze de départ jusqu’à la trêve hivernale, et hausser mon niveau.
  • Question importante : Plutôt pasulj, karadjordjeva, cevapi ou pljeskavica ?
    • Pasulj !

Propos recueillis par Sacha Tisic

Merci à Jovan pour sa disponibilité, Fudbalski Hram lui souhaite une belle saison !

Crédit photo : Pau FC

By Sacha Tisic

Journaliste. Je n'ai confiance qu'en mon Desert Eagle et en Mitrović dans les arrêts de jeu.

Laisser un commentaire