Pour notre première interview exclusive nous recevons le latéral gauche montpelliérain, Mihailo Ristic. Très discret dans les médias français, on a rencontré le joueur serbe pour parler de sa carrière, son adaptation en ligue 1 et ses ambitions futures. 

Interview réalisée en Mars 2020

  • Mihailo, tu es à Montpellier depuis une année, quel bilan dresses-tu de ton expérience pour l’instant ? 
    • Je ne suis là que depuis 1an mais mon expérience est très bonne. J’aime beaucoup la région. Au début, c’était un peu dur de s’adapter à l’équipe, au niveau et à la ville. Maintenant tout va bien et j’ai un meilleur niveau. À propos de l’équipe et de ma situation, je suis content. Toutefois, certaines choses ne dépendent que de moi. Le coach me donne une chance et je pense la mériter. 
  • Comment s’est passée ton adaptation en Ligue 1, dans un championnat très rugueux ?
    • Ce n’est pas la chose qui m’a le plus impressionnée. Le sérieux des joueurs en revanche, si. Tout le monde est à 100% focus sur leur travail. C’était ma première bonne impression de la Ligue 1. Dans d’autres clubs où j’ai évolué, beaucoup de joueurs se plaignaient. Ils n’étaient pas vraiment professionnels. À Krasnodar, les infrastructures étaient exceptionnelles mais il n’y avait pas cette mentalité football qu’on retrouve ici en Europe ( ndlr : les 5 grands championnats ). 
  • Depuis 3 matchs tu es titulaire, penses-tu pouvoir prendre la place d’Oyongo durablement sur le terrain ?  
    • J’ai été élevé avec une certaine mentalité : celle d’être toujours meilleur que mon adversaire. Même si on joue dans la même équipe. Je dois montrer que je suis le meilleur, mais le fait que je joue ou non relève du choix de l’entraineur. Toutefois, je montrerai toujours le meilleur de moi même. Je me tiens constamment prêt. 
  • Comment s’est passée ton arrivée à Montpellier ? Quel est le premier contact que tu as eu avec ce club ? 
    • Le premier contact était avec Nenad ( ndlr : Dzodic ). En réalité, c’est l’acteur principal de mon arrivée ici. Lui et le club de Montpellier me suivaient depuis un long moment déjà, depuis mes premiers pas à l’Étoile Rouge. J’avais une vingtaine d’années lorsque j’ai eu mes premiers contacts avec le MHSC. Puis lorsque j’évoluais au Sparta Prague, Nenad m’a appelé et j’ai été très agréablement surpris. 

Mon plus beau souvenir ? Avoir porté le brassard de capitaine avec l’Étoile Rouge » 

  • Le fait que tu ne maitrises pas le Français est-il selon toi un handicap à tes désirs de titularisation ? 
    • Forcément il y a des répercussions. Quand tu parles parfaitement la langue alors tu es meilleur avec tes coéquipiers. Mais j’intègre vite et j’ai appris quelques phrases utiles, donc je sais ce qu’on attend de moi quand on me parle français sur le terrain. 
  • Le départ de Petar Skuletic ( ndlr : prêt à Sivasspor) n’est-il pas trop dur à digérer pour toi ? 
    • Trop dur peut-être pas, mais j’étais, il est vrai, triste quand il est parti. Je lui ai dit : « oh mec tu me quittes ». C’était, avec moi, le seul Serbe de l’effectif et forcement tu apprécies toujours avoir un coéquipier dans la même situation que toi. Une sorte de repère. Mais peut-être qu’il reviendra à la fin de son prêt. 
  • Tu es encore jeune mais quel est, pour le moment, ton meilleur souvenir de footballeur ? 
    • Quand tu nais en Serbie tu as ton nom, et ensuite ton club. La première chose que j’ai apprise petit c’est Zvezda. Quand j’ai joué mon premier match avec l’Étoile, je me demandais intérieurement : « wow je joue vraiment à L’Étoile Rouge ? ». J’ai gagné le titre et j’ai réalisé mon rêve ultime, porter le brassard avec Zvezda. 
  • Quels sont tes objectifs à Montpellier ? T’inscrire ici dans la durée, ou aller voir toujours plus haut ? 
    • J’ai faim de succès et je veux gagner des titres. Cependant, je ne sais pas si je m’inscrirais ici dans la durée, on ne sait jamais ce qu’il va arriver dans le football. 
  • Le père Noël te propose de signer dans le club de tes rêves, où vas-tu ? 
    • Au Barça et ça, grâce à Ronaldinho. Quand j’étais tout petit, je le voyais faire, il m’a fait aimer le football avec ses dribbles et son football. 
  • Quel est ton regard sur la sélection serbe ? Tu penses y avoir ta place ? 
    • On peut se qualifier pour l’Euro. J’ai des qualités mais à gauche on a déjà Kolarov et Kostic, qui propose un grand football à Francfort. Il y’a beaucoup de concurrence à ce poste, bien que je n’ai pas en tête le nom de tous les potentiels sélectionnables. À l’heure actuelle, je ne sais pas si je mérite d’y être mais le temps jouera en ma faveur. J’espère forcement y rejouer un jour ( ndlr : première et unique sélection contre le Qatar en 2016 ).

NDLR : Mihailo Ristic compte désormais 5 sélections avec la Serbie, rappelé pour les barrages d’Euro 2021, et les matchs de Ligue des Nations.

Propos recueillis par Sacha Tisic 

By Sacha Tisic

Journaliste. Je n'ai confiance qu'en mon Desert Eagle et en Mitrović dans les arrêts de jeu.

Laisser un commentaire